Capital Santé des salariés : Un actif stratégique à protéger et à développer

Un nouveau regard sur la santé en entreprise.

En quelques années, les problématiques de santé et de qualité de vie des collaborateurs sont devenues un enjeu central dans l’entreprise. Et pas seulement pour répondre aux obligations légales, même si le contexte réglementaire (généralisation de la complémentaire santé, loi « Rebsamen », Plan Santé au travail 2016-2020) a indéniablement accéléré le mouvement.
Dans un contexte économique plus tendu et plus exigeant, les décideurs d’entreprise sont aujourd’hui plus que jamais convaincus qu’ils doivent pouvoir compter sur des collaborateurs au meilleur de leur forme physique et psychologique. Des collaborateurs, à commencer par les nouvelles générations, eux-mêmes plus exigeants envers leur entreprise en matière de protection santé et de conditions de travail.

Un investissement d’avenir

Réduction de l’absentéisme, motivation et fidélisation des salariés, argument de recrutement, amélioration de l’engagement et de la productivité… Investir dans le capital santé des salariés s’impose aujourd’hui comme un formidable levier de performance sociale, qui va contribuer également à la performance globale de l’entreprise. Le capital santé des collaborateurs peut et doit être considéré comme un actif de l’entreprise à protéger et à développer sous différentes formes : complémentaire santé, diagnostic, prévention des risques…

À quels niveaux l’entreprise peut-elle agir ?

La complémentaire santé est bien entendu en première ligne de la démarche « capital santé ».
Aussi simple que cela puisse paraître, permettre à des collaborateurs et à leur famille de ne pas renoncer à des soins pour des questions de budget est une formidable avancée. Peut-on parler de stratégie quand il s’agit d’une obligation légale ? Oui, car tous les contrats ne se valent pas et le dispositif ne donnera des effets positifs que si les garanties et les services proposés sont réellement adaptés aux besoins spécifiques des salariés. Cette première étape aura par exemple un impact fort sur la santé visuelle et auditive, premier « outil » de travail des collaborateurs.
Au-delà de cette couverture collective, les entreprises disposent aujourd’hui d’autres leviers pour passer du statut de « financeur » à celui d’acteur de la santé.

Prévention : la nouvelle frontière de la performance.

Souvent lié à des problématiques de sécurité (et là aussi à des obligations légales), le deuxième niveau d’action se situe au niveau de la prévention des risques professionnels, au premier rang desquels les TMS (Troubles-Musculo Squelettiques) et les risques routiers.
Sans s’immiscer dans la sphère privée, l’entreprise a également tout à gagner à aider ses collaborateurs à devenir eux-mêmes acteurs de leur santé et à faciliter la gestion de leur capital santé sur des thématiques aussi centrales que l’alimentation, le sommeil, l’activité physique, le tabac ou même les addictions. Autant de pistes d’amélioration qui joueront aussi bien sur la santé physique que mentale, en particulier sur le stress.
C’est aussi le cas d’un troisième axe de travail, aux frontières de la santé et de la qualité de vie : les actions en faveur d’un meilleur équilibre vie professionnelle et vie privée.

Une démarche progressive et participative.

Un chantier gigantesque ?
Non. Un champ d’actions à partir duquel l’entreprise pourra construire sa stratégie en fonction de ses spécificités, de ses priorités et de son budget. Pour cela, le dirigeant n’est pas seul. Pour hiérarchiser, cadencer, mettre en œuvre mais aussi mesurer les initiatives, il pourra s’appuyer sur toutes les parties prenantes de la santé dans l’entreprise, du DRH à la médecine du travail, en passant par le comité social et économique (CSE). Sans oublier son partenaire mutuelle qui saura partager avec lui les expériences d’autres entreprises et lui permettra d’accéder à des solutions concrètes et expertes.

Découvrez d'autres bonnes pratiques pour lutter contre le mal de dos dans notre guide sur le capital santé des salariés

Livre Blanc
INVESTIR DANS LE CAPITAL-SANTÉ DES SALARIÉS

Une stratégie gagnante pour l'entreprise

Lire le Livre